Retail Unifié : quel partage de valeur dans le retail indépendant ?

Si l’omnicanalité s’est imposée dans la distribution, son adoption reste complexe chez les indépendants. Comment écrire ses nouvelles règles de partage de valeur et y faire adhérer les magasins ? Tour d’horizon des enjeux, des bonnes pratiques et des points d’achoppement entre les têtes de réseaux et le terrain.

Par . Publié le 13 décembre 2021 à 13h42 - Mis à jour le 14 octobre 2022 à 9h51
Synthèse

 CONTEXTE 

Après bientôt deux ans de Covid, le rôle des magasins dans le retail unifié ne fait plus débat.

Pourtant, les réseaux indépendants, qui forment plus d’un tiers du retail en France, affichent du retard. Pour eux, se pose en effet la question d’un partage de valeur équitable entre la tête de réseau et les indépendants, sur divers aspects : données client, rétribution du CA digital, animation du réseau… Comment embarquer les indépendants (franchisés, adhérents…) dans un commerce unifié et comment répartir la marge ? Comment allouer les ressources le plus efficacement possible, pour accélérer le déploiement du retail unifié ? 

PANORAMA 

Longtemps, les têtes de réseau ont considéré l’e-commerce comme un eldorado qu’elles géraient par elles-mêmes, sans le partager : celui-ci pesait « le CA d’un ou deux gros magasins », disait-on encore récemment. Mais depuis le Covid, elles ont réalisé qu’elles avaient plus à gagner en s’appuyant sur les magasins. « Depuis 2 à 3 ans, il y a un meilleur partage de valeur, observe Julien Siouffi, expert franchise chez Axe Réseau. On voit de moins en moins de têtes de réseau faire cavalier seul,…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 1 mois

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires