Alain Bernard, ancien Président de la filiale nord-américaine du Groupe Richemont, revient sur la dynamique du secteur du luxe aux Etats-Unis. Selon lui, dans un marché où les coûts du marketing digital sont devenus exorbitants, les investisseurs montrent de plus en plus d’intérêt pour les marques qui ont réussi le virage de l’omnicanal. Là où, il y a deux ans, elles cherchaient surtout des DNVB.

Scroll to Top