Si les représailles de Pékin ont d’abord touché H&M et Adidas, les acteurs de l’électronique et de l’alimentaire devront prendre position en 2022 sur la question des droits de l’homme des Ouïghours.

Scroll to Top